Index des personnages

Le nom d’un∙e orientaliste vous échappe ? Peut-être le trouverez-vous ici !

Cet index rassemble tous les personnages évoqués dans nos articles. Il sera enrichi à chaque publication !

A

Avalokitesvara : « Le seigneur qui regarde d’en haut », il est le bodhisattva qui personnifie la compassion. C’est le plus populaire des bodhisattva en Asie. Aussi bien révéré en Chine (nom : Guanyin), au Japon (nom : Kannon), en Corée (nom : Gwaneum), qu’au Tibet ou en Mongolie, il possède un pouvoir salvateur, délivre les âmes de leurs tourments aux enfers et protège ceux qui sont menacés par le feu, les inondations, la famine et la guerre. A certains lieux et époques il est aussi protecteur des femmes et favorise l’enfantement.

B

C

Henri Cernuschi (1821 – 1896) : Financier républicain, il est avant tout un passionné de l’Asie. Durant son tour du monde, entre 1871 et 1873, il réunit plus de quatre mille oeuvres chinoises et japonaises ! Elles constitueront le coeur de la collection du musée qui porte son nom, rue de Velasquez à Paris.

Notre article

Georges Clemenceau (1841-1929) : Homme politique français, il est également passionné par les arts asiatiques et possède notamment une importante collection de kogo – petites boîtes à encens utilisées pour la cérémonie du thé au Japon.

D

Alexandra David-Néel (1868 – 1969) : Orientaliste et écrivaine, elle est considérée comme la première femme occidentale à avoir pénétré à Lhassa, la cité sacrée du Tibet.

Notre article

E

Clémence d’Ennery (1823-1898) : Mondaine de la seconde moitié du XIXe siècle, elle rassemble une importante collection de chimères et netsuke qu’elle lègue à l’Etat pour en faire un musée.

Notre article

Ennin (794-864) : Nom posthume : Jikaku Daishi. Moine japonais, il se rend en Chine pour étudier le bouddhisme ésotérique, et devient à son retour un membre éminent de la secte Tendai, basée au temple Enryaku-ji sur le mont Hiei. Il est également célèbre pour son carnet de voyage, d’un grand intérêt documentaire sur la Chine des Tang.

Notre article

F

G

Edmond (1822-1896) et Jules (1830-1870) de Goncourt : Ecrivains et fondateurs du prix Goncourt, ils font partie du mouvement du japonisme et sont d’importants collectionneurs d’arts asiatiques au XIXe siècle. Ils se réclament même comme étant les premiers à découvrir et à collectionner les estampes japonaises en France.

Ernest Grandidier (1823-1912) : Explorateur et collectionneur, c’est dans les années 1870-80 qu’il s’intéresse aux arts chinois, en particulier la céramique. En 1894 il fait un important don d’une partie de sa collection au musée du Louvre, et dont il en devient le conservateur. C’est également durant cette année qu’il publie un ouvrage : La céramique chinoise. En 1945, sa collection rejoint dans son ensemble le musée Guimet, où elle se trouve actuellement.

Gengis Khan (1167-1227) : Grand conquérant fondateur de l’empire mongol. Né Témüdjin au sein d’un clan important des steppes mongoles, il fédère les clans et devient Gengis Khan en 1206. Il s’agit d’un titre qui signifie « souverain océanique », « souverain universel ». Il effraie les Européens, se rendant jusqu’aux portes de l’Autriche.

H

Katsushika Hokusai (1760-1849) : Hokusai est l’un des plus célèbres maîtres de l’estampe japonaise. Il est notamment fameux pour sa série des Trente-six vues du mont Fuji, à laquelle appartient La Grande vague de Kanagawa, véritable Joconde japonaise.

Notre article

I

J

K

Kukai (774-835) : Maître bouddhiste japonais. Il embarque pour la Chine en 804, accompagné de Saicho, futur fondateur de l’école Tendai. Il s’initie au bouddhisme de l’école Zhenyan, devient patriarche et rentre au Japon en 806 avec de nombreux textes. Il fonde alors l’école ésotérique Shingon trois ans plus tard.

L

Ching Tsai Loo ou C.T. Loo (1880-1957) : C.T. Loo est un galeriste parisien d’origine chinoise de la première moitié du XXe siècle. Il a fourni de nombreux objets d’arts aux grands collectionneurs européens et américains tels Charles Lang Freer, John Rockefeller Jr ou encore Sir Percival David.

Lü Dongbin 吕洞宾 : Il aurait été un religieux itinérant possédant des connaissances alchimiques lui permettant de guérir et pouvant voir le futur, également calligraphe et poète, il aurait existé entre le VIIIe et le Xe siècle. Il fait partie des « Huit Immortels » taoïstes chinois, mortels ayant accédé à l’immortalité. Plus souvent représenté avec une épée dans son dos, il peut aussi tenir un chasse-mouche dans sa main, parfois les deux. Il est mentionné dans des textes datant de la dynastie des Song du Nord (960-1127) pour les plus anciens.

M

Möngke (1209-1259) : Khan de 1249 à 1259. Il est le petit-fils de Gengis Khan et le frère de Kubilai Khan, qui deviendra Khan à sa mort.

N

O

P

Q

R

S

Shakyamuni : biographie à venir !

Sima Qian (145-86 av. J.-C.) : Historien de l’époque des Han antérieurs. Il entreprit l’écriture d’une histoire de la Chine des origines jusqu’à son époque. Son œuvre sert ensuite de modèle pour toutes les histoires dynastiques suivantes sur la base de cinq parties : annales, tables chronologiques, traités thématiques sur des sujets divers, généalogies des maisons nobiliaires et biographies.

T

U

V

W

X

Y

Z

Zhang Daqian (1899 – 1883) : Zhang Daqian est un peintre chinois du XXe siècle, célèbre pour sa connaissance et sa maîtrise de la peinture classique. A partir des années 1940, il découvre l’art bouddhique des grottes de Dunhuang et l’art occidental. Son travail change radicalement en une synthèse entre tradition picturale chinoise et abstraction européenne.

Image : Joueuse de go, Anonyme. Détail d’un rouleau horizontal, encre et couleurs sur soie, H. : 30 cm. Tombe des époux Zhang (n°187), cimetière d’Astana (province du Xinjiang), dynastie Tang, milieu du VIIIe siècle. Urumqi, musée provincial du Xinjiang

Publicités